Qui sommes nous ?

A propos d’Hoper, le « Uber » du ménage à domicile

    Hoper_Photo fondateurs 2

    A l’origine de Hoper, il y a deux jeunes entrepreneurs : Alban Catimel (25 ans) et Christophe Philippe (28 ans).

    Alban est le Directeur Technique et Marketing d’Hoper. C’est aussi lui qui a eu l’idée de ce concept novateur après avoir cherché en urgence une aide ménagère pour son domicile. Il a une véritable fibre entrepreneuriale puisqu’il a déjà à son actif un site sur les nouvelles technologies. Ce grand sportif est diplômé de l’Edhec Business School de Lille.

    Alban précise :

    "Je suis très sensible aux questions environnementales. Toutes les aides ménagères sont équipées d’un panier de produits d’entretien écologiques et fabriqués en France. J’ai souhaité qu’Hoper soit acteur de la démarche écologique, environnementale et durable grâce à l’utilisation de produits écologiques et fabriqués dans notre pays."

    Christophe est le Directeur des Opérations et des Partenariats. Il a aussi un solide parcours en tant qu’auditeur financier. Cet aventurier passionné est diplômé de Kedge Business School, l’Ecole de commerce de Marseille.

    Les deux entrepreneurs se sont rencontrés alors qu’ils suivaient un Mastère Spécialisé en Entrepreneuriat à l’ESCP Europe.

    Christophe ajoute :

    "Je suis très impliqué dans le milieu de l’action sociale. Pour moi, former une communauté d’aides ménagères soudées et valorisées par leur travail était une évidence. J’ai donc voulu qu’Hoper soit aussi un outil humaniste et citoyen d’épanouissement personnel, notamment grâce au travail, et en développant une véritable communauté d’aides ménagères, les « Hopeurs »."

    Hoper est née en décembre 2013 et répond à une vraie demande de professionnaliser l’offre dans le secteur du ménage. Il faut savoir qu’en France, le marché des services à domicile est très éclaté et très peu structuré.

    En effet, le contact direct entre particuliers et aides ménagères s’opère dans 97% des cas. Or dans les autres pays européens, les entreprises détiennent 20 à 25 % du marché. La situation dans l’hexagone est donc préoccupante car elle favorise le développement du travail non déclaré, ce qui précarise la situation des aides ménagères au niveau social mais aussi professionnel, car leur travail n’est pas reconnu à leur juste valeur.

    "Nous devions trouver une solution pour fluidifier l’accès à ce service. Pour offrir réactivité, confiance et qualité dans le service délivré nous avons rapidement pensé à offrir un système de réservation s’appuyant sur le modèle d’Uber."

    Hoper intervient pour l’instant à Paris et se développe en Ile-de-France, soit un tiers du marché du ménage à domicile. La startup étendra par la suite ses services aux principales villes françaises.